Vous trouverez ci-dessous q.q extraits de l’interview du candidat Claude CHEMELLE dans Planet Grimpe

1)Pourquoi se lancer dans ce projet de la présidence de la FFME ? 

CC: Essentiellement pour proposer, animer, piloter un projet, une vision, des orientations traduites dans des actions concrètes, voilà ce qui m’anime.

C’est le pouvoir de changer les choses dans une période où cette réflexion traverse les organisations sportives et la société toute entière.

2)Un programme général plutôt dans la lignée de Pierre You, ou une direction complètement différente ?
CC: Oui aujourd’hui  c’est encore une direction différente basée sur des valeurs résumées dans l’expression de 4 équilibres : la pleine nature et la salle, le loisir et la compétition, les territoires et le national, les élus et les salariés.
3)Parlons caillou… l’année dernière, la FFME a annoncé la fin progressive des falaises conventionnées. Quel est votre avis là-dessus ? Plus globalement, quels sont vos projets pour l’escalade outdoor ? Peut-on espérer l’équipement de nouveaux spots malgré la fin des conventions ? 
CC: Cap24FFME assume donc son attachement à notre patrimoine naturel d’escalade et sera toujours auprès des Comités Territoriaux et des Clubs pour défendre la pratique de l’escalade en sites naturels et leur libre accès. Nous souhaitons donc que la FFME reste un interlocuteur privilégié des institutions et nous voulons développer le travail en commun avec la communauté des Escalade et en particulier le collectif Grimpe Outdoor. La solution à ce problème complexe ne concerne pas que la seule FFME. La présence de Ludovic Mauconduit au sein de l’équipe étant une garantie sur ce plan.
4)Le développement des SAE est en plein boum ces dernières années, avec des salles privées toujours plus nombreuses. Souhaitez-vous collaborer avec ces structures ? Si oui, comment ? 
CC: Cap24FFME revendique une FFME plus ouverte sur l’extérieur c’est donc logique que nous développions des accords avec les salles privées et pas seulement sur les tarifs d’accès, l’organisation de compétitions, ou la vente de licences.
5)Concernant le haut niveau, que pensez-vous des équipes de France escalade actuellement ? (Niveau, organisation, articulation jeunes-seniors). Et quels sont vos projets / axes de travail sur le sujet ? 
CC: Il faut tout d’abord faire un état des lieux en prenant du recul et fonder la nouvelle organisation. aussi bien pour les valides que les handi. Corinne Soudan sera la référente élue et Roxane Heili est bien placée pour parler de la dimension Handi en tant que candidate. La place des clubs sera plus importante qu’aujourd’hui, les pôles espoirs régionaux seront soutenus et il faudra travailler sur l’articulation jeunes – seniors. L’optimisation des moyens sera également recherchée.

6)Avez-vous une idée globale de la manière dont vous souhaiteriez répartir le budget de la FFME au niveau de l’escalade ? (falaise, SAE, haut niveau).

CC: La FFME ce n’est pas que l’escalade donc la question est plus globale. Nous allons changer la présentation budgétaire et elle correspondra aux principales activités de la fédération et de ses licenciés, elle sera aussi en cohérence avec notre organisation. 5 départements seront créés :

Loisir, Compétition/haut niveau, Formation, Falaise et pleine nature, Développement des territoires

Ce qui permettra de mieux mesurer les moyens mis en place pour chaque activité.

7)Finalement, quels seront vos axes de travail prioritaires si vous arrivez à la tête de la FFME ? 
CC: S’appuyer sur des valeurs fortes : réformer la gouvernance pour travailler en synergie avec les territoires, l’ouverture sur l’extérieur pour se réconcilier et construire avec l’ensemble de la communauté des escalades, de la montagne, la transparence pour sortir du culte du secret actuel et être utile pour les clubs et les licenciés.
8)Un mot sur l’escalade aux JO ? 
CC: C’est un formidable tremplin pour notre discipline et le ski alpinisme sera bientôt aussi concerné. C’est sans doute le déclic nécessaire pour permettre à nos activités d’accéder à une plus grande notoriété. Nous serons attentifs aux risques de dénaturation de la fédération, qui a la particularité d’être une fédération sportive, compétitive dont la majorité des pratiquants sont dans le loisir. Et espérons que ces grands évènements sportifs sachent se renouveler, évoluer dans une plus grande responsabilité sociale et environnementale.
9)Le mot de la fin ?

CC: N’hésitez pas à consulter notre site internet  à nous suivre sur les réseaux sociaux, à nous contacter par téléphone, on ne peut malheureusement pas beaucoup se rencontrer aujourd’hui.

Vous trouverez plein de précisions sur nos projets, tous ensemble avec nos territoires.

Et beaucoup d’empathie, de solidarité  pour tous les grimpeurs qui ne peuvent toujours pas pratiquer !