Depuis 5 ans la fédération s’est engagée dans une politique de hausse très importante de la masse salariale.

L’analyse de Cap24FFME est que cette augmentation est disproportionnée et qu’elle a eu pour conséquences :

  • De réduire les possibilités de financements des actions concrètes d’aides aux clubs et aux territoires (par exemple : PNSAE, PST, bourse, rassemblements loisirs…)
  • Les licenciés, clubs et structures déconcentrées n’ont pas ressenti une hausse des services en proportion avec l’évolution de la masse salariale.
  • De fragiliser l’équilibre économique de la fédération en imposant le recours à des augmentations du tarif des licences (+14%).

Fort de ce constat, l’équipe de Cap24FFME a décidé de prendre ses responsabilités. Pour piloter la fédération sur les objectifs de notre programme, nous devons impérativement “alléger” la structure fédérale pour redonner des possibilités réelles d’accompagnement des clubs et territoires.

Il ne nécessite à priori pas de mesures “brutales”, la vie d’une fédération, qui est une structure soumise à la réalité économique, apportera des opportunités pour aboutir à ce résultat. La décentralisation de certaines missions, permettrait d’écarter tout plan comportant des licenciements..

Par ailleurs Cap24FFME précise que la répartition de cet effort d’allégement sera réparti entre les activités loisirs et le haut niveau dans la proportion de ⅔ de l’effort sur la compétition/HN et ⅓ de l’effort sur les autres activités. En cela nous démontrons notre désaccord avec le turn-over des entraîneurs et l’accélération importante des recrutements sur le haut niveau et la compétition qui a été faite au détriment des autres activités.

D’autres mesures d’économies seront prises avec la volonté de recentrer la fédération sur ses missions essentielles et le service aux clubs et territoires.

Pour aboutir à ce résultat, nous pourrons nous appuyer sur des compétences au sein de l’équipe dans le management et la conduite du changement et le pilotage des organisations mais c’est surtout à travers le dialogue avec les représentants du personnel, l’ensemble de salariés et les cadres techniques mis à disposition par l’Etat que des solutions efficaces et adaptées seront trouvées.

Complément proposition 14 – Contrôler la masse salariale est une nécessité