ACTE 2 - VERS UNE FEDERATION FFME FIERE DE SES ATHLETES ET DES SES ACTIVITES

UNE NOUVELLE VISION FEDERALE POUR LA FFME

S’engager c’est faire des choix engageants et courageux et cohérents avec les attentes des territoires

CARNET CAMPAGNE

LE CONTEXTE

Le projet cap24ffme est porteur d’espoir pour beaucoup de clubs, de territoires et d’adhérents de la FFME.

C’est un projet ambitieux, courageux, chiffré, argumenté dans ces équilibres et qui redonne une vision et un cap à notre belle fédération.

Il est triste de remarquer, que ceux qui prônent de nouveaux modèles de gouvernance comme une révélation, sont non seulement les architectes du système actuellement en vigueur, mais qu’ils ne font pas preuve de renouveau dans leur programme, lors de cette campagne où ils auraient pu montrer une hauteur de vue et un projet ambitieux chiffré qui dépassent leur ambition personnelle :

  • Peu de chiffres et de vision d’ensemble de leur projet : un programme dans la continuité avec quelques mesurettes et en plus on n’assume pas l’existant. Un programme qui essaye d’incarner le renouveau, mais qui ne propose rien de très structurant pour le démontrer !
  • Une victimisation en diabolisant l’autre liste, voire en mettant une pression réelle sur certains membres de notre liste.
  • Une utilisation et instrumentalisation de la presse du réseau partenaire.
  • Un jeu sur la peur des salariés !!
  • Et pour finir, une chasse au sorcière, en brandissant la menace que notre liste ferait peser sur les jeux olympiques !!

Bref on ne parle pas de projet, on se rabaisse à des méthodes d’influences du “monde d’avant » plutôt que de débattre des idées.

Nous, dans la liste Cap24ffme, nous préfèrons préférons ne pas se rabaisser, ne pas compromettre nos valeurs et nos envies sincères et fondées de réformer la FFME par un jeu de campagne malsain, politicien. Notre conviction, c’est que la manière de mener une campagne doit être à l’image de ce que nous souhaitons insuffler dans notre fédération : un projet au service des territoires et des licenciés qui dépasse tout intérêt personnel.

Nous répondons donc uniquement sur le fond en profitant de cette occasion pour expliciter notre projet. Faire de la pédagogie, vous démontrer la pertinence de notre programme et la sincérité de nos intentions.

Pour nous c’est une stratégie forcément gagnante qui a comme mérite de promouvoir les principes même d’une démocratie : le débat de fond et non de promouvoir l’éventail de la peur.

LA REPONSE CONSTRUCTIVE DE CAP24FFME

VERS UNE FEDERATION FFME FIERE DES SES ATHLETES ET DE SES ACTIVITES
DANS LAQUELLE ON PARLE PLUS DE PROJET, D’AMBITION COLLECTIVE
MAIS AUSSI DE PRAGMATISME ET D’HUMILITE DANS LA GOUVERNANCE

En 3 POINTS

LA LISTE CAP24FFME METTRAIT EN DANGER L’OLYMPISME ET LE HAUT NIVEAU !

 

Au même titre que beaucoup d’entre vous, l’équipe Cap24ffme est attachée à la réussite de nos athlètes et nous rêvons aussi de médailles olympiques pour 2021 et 2024.

Ce n’est pas pour rien que notre liste s’appelle cap24ffme et il serait démagogique de dire que l’olympisme ne nous tient pas à cœur !

Nos projets d’actions :

  • Un changement de directeur technique national (DTN) qui exerce depuis 22 ans à la FFME. Dans le monde des fédérations c’est une exception : toutes les fédérations ont fait le pari de redonner régulièrement une nouvelle dynamique, d’insuffler des nouvelles méthodes d’entraînement et d’accompagnement des athlètes en renouvellant son chef d’orchestre le DTN. De plus, nous permettrons à ce successeur de mettre toute son énergie et son savoir faire sur le pilotage du haut niveau et de la performance en confiant la direction générale de la fédération à une autre ressource.
  • Il y a plein de bonnes choses dans l’organisation du haut niveau actuellement, mais nous souhaitons mettre fin à la situation actuelle que de nombreux acteurs constatent : Le Haut-Niveau, de part la multitude des entraîneurs et la valse de ces derniers depuis de nombreuses années, est devenu un vrai « tonneau des Danaïdes ». Les difficultés de management sont patentes et le malaise est grandissant.
  • Le processus serait dans un premier temps de faire un état des lieux, de proposer une nouvelle organisation en concertation avec les salariés et cadres techniques en veillant à trois priorités : renforcer la place des clubs dans le dispositif haut niveau, être attentif au passage jeunes/seniors et à l’articulation du haut niveau entre les territoires et le national.

Nous pensons que nous pouvons faire mieux, que l’olympisme mérite mieux. Nous sommes convaincus qu’une équipe plus resserrée, engagée et motivée par une grande ambition olympique et travaillant dans un cadre sain, aura de plus grande chance de remporter des médailles. Nous souhaitons redresser la situation pour les jeux olympiques à domicile : Paris 2024 !

 

LA LISTE CAP24FFME N’AIMERAIT PAS LES SALARIES PAR SON DISCOURS DE MAITRISE DE LA MASSE SALARIALE !

Nous nous sommes déjà largement expliqué sur ce sujet lors du webinaire de débat entre les 2 listes, dans notre article qui détaillait notre proposition 14 (https://www.cap24ffme.com/controler-la-masse-salariale-est-une-necessite/) et dans une lettre en réponse aux représentants du personnels qui nous ont interpellés.

C’est autant d’occasions d’expliquer que notre projet est fondé et qu’il n’est pas contre les salariés, bien au contraire !

Pour compléter notre explication, nous pouvons relever des points complémentaires pour montrer le côté démagogique des attaques sur notre programme :

  • « Considérer les salariés », cela commence au recrutement ! C’est déjà recruter de manière mesurée et proportionnée tout en ayant une approche responsable sur les carrières des collaborateurs qui nous rejoignent et donc en ne vivant pas au-dessus de ses moyens.
  • Notre programme est basé sur une maîtrise de la masse salariale sur la durée de l’olympiade ce qui n’induit pas nécessairement un plan social ! Nous avons la volonté d’adresser cette problématique sur la durée du mandat avec de la concertation et de l’intelligence.
  • Il est étonnant, que l’on brandisse la menace d’un plan social de licenciement avec notre liste, alors que le propre DTN actuel de la FFME a pu exprimer son inquiétude par rapport à l’avenir de la FFME et un possible recours à un licenciement dans un article récent. En voici un extrait :

“La situation commence à être un peu inquiétante. On a refait les budgets et on se projette à -20 % sur la fin de l’exercice financier, qui se termine au 31 décembre. Ce chiffre prend en compte les mesures actuelles sur un délai de 15 jours. Mais si ça se durcit ou même que cette situation se maintient comme cela dans le long terme, autrement dit que les adultes ne peuvent pas grimper en salle, dans ce cas je pense qu’on aura une chute des licences encore plus forte. Et qui mettra en difficulté l’équilibre financier de la fédération. Au risque de licencier ? C’est une possibilité, selon le DTN, car le budget 2021 sera lui aussi impacté.« 

 

Nous voulons tenir un discours de vérité à l’ensemble des acteurs de la Fédération : salariés, bénévoles, Clubs, Comités et Ligues.”
(source : https://sport.francetvinfo.fr/omnisport/covid-19-une-rentree-morose-pour-les-federations-sportives-en-perte-de-licencies-en-ce)

 

Respecter, considérer les salariés, c’est aussi les rendre fiers et valoriser leur travail par une reconnaissance de l’ensemble de la FFME et quoi de plus gratifiant que d’avoir des territoires pleinement intégrés et engagés dans le projet plutôt que de rester sur le statu quo actuel d’un siège ressenti comme déconnecté du terrain.

LA LISTE CAP24FFME PROPOSERAIT DES PROJETS AVEC DES COÛTS METTANT EN PÉRIL LA FÉDÉRATION !

Le pragmatisme et le sens des responsabilités ont été au cœur de la construction de notre projet. Le volet financier et budgétaire a été chiffré comme vous pourrez le juger si vous nous accordez l’opportunité de pouvoir le présenter dans le détail au lendemain de notre élection.

 

Notre projet a été entièrement chiffré et on ne peut pas dire de même sur d’autres projets !

Nous prenons nos responsabilités en assumant la réduction des budgets de fonctionnement (comprenant la masse salariale) pour, à la fois, avoir un pilotage responsable et de prudence par rapport à la crise que traverse notre société, mais aussi pour dégager d’importantes marges de manœuvre en terme d’investissement. Nous sommes convaincus que la dynamique bénévole se nourrit de moyens à la hauteur des enjeux : préservation de notre patrimoine de falaises, démultiplication des moyens pour aider chaque club à accéder à des SAE en rapport avec ses besoins de croissance et d’évolution de nos pratiques, promotion des initiatives et des événements locaux.

 

Nous traitons au passage une injustice très mal vécue au niveau des clubs : L’augmentation permanente du prix des licences, depuis quelques années, ne bénéficie pas à 92 % des licenciés qui pratiquent les activités d’Escalade et de Montagne en loisir. Ces augmentations ont toujours été justifiées sur des arguments injustifiés où les adhérents ne pouvaient en voir la « couleur » :

  • Gestion du patrimoine de falaise et des conventions. Alors que le budget SNE a été divisé par 2 (210 K€ à 107 K€) et que nous avions voté en 2012 une part de 1.5 € pour les SAE (cf. Extrait PV d’AG 2012 : “Un second vote concerne l’augmentation de 1,5 € supplémentaires dédiés au PNSAE, celle-ci serait donc portée à 210 000 euros”).
  • Meilleurs services aux clubs. Alors que les clubs se plaignent de ne pas comprendre le service rendu par le siège. La preuve, des départs réguliers des clubs vers d’autres fédérations.

 

Alors oui, dans nos premières mesures en début de notre mandat :

 

  • Nous nous engageons à porter les 2 plans SNE et SAE à hauteur de 150 000 euros annuels chacun avec en cible de les passer à 300 000 euros d’ici la fin du mandat.
  • Nous réduisons dès la prochaine rentrée la licence loisirs de 4 euros pour annuler l’augmentation des X dernières années. Nous reformons plus globalement la structure des différentes licences.
  • Nous augmentons le budget (PST) plan de structuration territoriale pour l’emploi dans les territoires.

Oui cela a un coût mais nous l’avons chiffré et pour vous donner un exemple, nous avons estimé sur la base de nos derniers chiffres de référence de 2019, que la restructuration des licences sera faite à l’équilibre budgétaire. En tout cas très loin du déficit annoncé par la liste adverse.

Ils annoncent pour nous un déficit de 200K euros, là où nous l’avons calculé à 39K car ils ont oublié qu’il y a des hausses des licences familles et la création de l’option compétition. Par contre ils ne disent pas que la suppression de l’affiliation à un coût de 125 000 euros !

 

C’est une réforme courageuse, qui démontre notre discours de vérité et notre détermination à travailler sur les déséquilibres décriés depuis quelques années.

Mais effectivement, cela demande plus de travail pour expliquer notre projet et notre équilibre financier, que de simplement tabler sur d’hypothétiques revenus complémentaires extérieurs venant au secours de nos falaises et de nos murs. On peut se demander pourquoi ils ne sont pas déjà présents, compte tenu de la situation à risque de notre patrimoine de falaise.

CONCLUSION

Les Fédérations impactées par le covid sont celles qui sont enfermées dans leurs murs : les salles.
Bien sûr que les pratiquants indoor ont boudés les salles, mais dehors, il y a des pratiquants
L’avenir est aussi dehors !

#TousEnsembleAvecNosTerritoires
https://www.cap24ffme.com