ZOOM SUR UNE PROPOSITION DU PROGRAMME

NOTRE PROPOSITION 17

 

Bâtir un projet responsable de décentralisation de certaines actions sur la base d’expérimentations, avec les territoires qui le souhaitent : PSF (ex CNDS), AMO (assistance à maîtrise d’ouvrage), formation professionnelle (CQP) par exemple.

LE CONSTAT

La force de notre fédération est l’excellente vitalité de ses clubs et de ses comités territoriaux. C’est notre première richesse et il faut que notre fédération se réinvente au jour le jour, en tirant partie de cette intelligence collective et à partir des nombreuses initiatives de terrain.

SA RESOLUTION

Dans le cadre de notre feuille de route Cap24ffme, nous souhaitons valoriser les territoires et leur esprit d’initiative pour expérimenter un mode de fonctionnement décentralisé.

Ce mode de fonctionnement nécessite de revoir le modèle de gouvernance, en passant d’un pouvoir hiérarchique à un pouvoir basé sur la délégation de responsabilité, pouvant englober ainsi des pans entiers d’activité à structure intermédiaire (commissions) composées de sachants motivés pour porter et développer un projet ( ou une action) complet.

Notre organisation cible est articulée en 4 niveaux permettant l’expérimentation des mesures et valorisant les initiatives en local :

  • Un comité de direction élargi pour assurer un pilotage opérationnel et une cohérence globale au projet fédéral.
  • Des commissions en appui de chaque département / activité ayant une responsabilité complète sur son champ d’application pour le développer et le valoriser. Ces commissions permanentes sont en très large majorité constitués d’acteurs locaux
  • Des groupes de travail thématique composés par les commissions pour étudier un sujet donné et procéder à une expérimentation terrain ou à l’étude d’une initiative d’acteurs terrain
  • Et bien sûr, le soutien aux acteurs des clubs et des comités territoriaux dans la réalisation et dans la formulation d’un retour d’expérience. Qui, nous le rappelons, est la véritable cheville ouvrière de tout projet fédéral

 

Ce travail de décentralisation avec un fort maillage territorial, demandera lui-même une expérimentation puis une généralisation pour en ajuster le mode de fonctionnement à partir de projet pilote.

Des exemples possibles de décentralisation

Une grande partie des décisions ayant un impact sur les clubs et les comités territoriaux peuvent être déplacées à un niveau plus proche du terrain.

Dans la plupart des cas, le bon niveau est celui qui permet à la fois de regrouper suffisamment de moyens pour valoriser une vraie stratégie et en même temps être suffisamment local pour s’adapter aux spécificités et enjeux de sa zone géographique.

Parmi les sujets actuels, éligibles à la décentralisation :

  • La décentralisation des subventions PSF ( ex CNDS). C’est une critique souvent formulée par les clubs. Depuis que les subventions accordées par l’Etat (ANS Agence nationale du sport) , sont pilotées par la fédération, les règles d’obtention sont souvent incomprises au niveau des clubs. Nous prévoyons une décentralisation de ce dispositif au niveau des ligues pour permettre de mieux valoriser les territoires et mieux expliciter les décisions dans un dialogue continu avec son territoire. Un contrôle et une harmonisation au niveau national sera maintenu.
  • La décentralisation de la gestion des Certificats de Qualification Professionnelle (CQP). Aujourd’hui la plupart des CQP sont cogérés par la fédération et les ligues, mais il est possible d’aller plus loin dans la décentralisation. Cela nécessite que les ligues s’organisent progressivement en organismes de formation, permettant de développer les possibilités d’organisation de formations professionnelles par les ligues qui le souhaitent. L’aide de la Fédération pour le passage en organisme de formation est déterminante. Pour les ligues qui ne le souhaitent pas ou pas suffisamment structurées, la Fédération garderait son rôle actuel.
  • La possibilité pour les ligues qui sont structurées sur le sujet de proposer en direct des assistances à maîtrise d’ouvrage (AMO) pour les projets de création ou rénovation de SAE, d’audit sur les falaises, d’AMO pour la création de parcours de ski de randonnée permanents. La FFME prend en charge la responsabilité juridique de ces contrats, les ligues volontaires participant aux frais d’assurance. Pour les ligues qui ne le souhaitent pas ou pas suffisamment structurées, la Fédération garderait son rôle actuel.

ENGAGEMENT CAP24FFME

Bâtir un projet responsable de décentralisation de certaines actions, sur la base d’expérimentation dans les territoires volontaires.