ZOOM SUR UNE PROPOSITION DU PROGRAMME

NOTRE PROPOSITION 3

 

S’impliquer dans la problématique de la gestion des falaises et le développement de la pratique avec l’ensemble des acteurs : 

Collectivités, fédérations, professionnels, ouvreurs, salles privées, associations, … en participant aux différentes initiatives et notamment en soutenant le collectif Grimpe Outdoor.

LE PROBLEME

Ces dernières années, la course à l’olympisme, tout aussi honorable soit elle, a conduit nos dirigeants nationaux, à délaisser notre patrimoine naturel d’escalade, l’affaire Vingrau n’étant finalement que le détonateur d’un « désastre annoncé ». De ce fait, le déconventionnement, un mal nécessaire suite à un diktat assurantiel, pourrait nous conduire à ne plus s’investir dans la sauvegarde et l’entretien des falaises.

Cap24FFME assume donc son attachement à notre patrimoine naturel d’escalade et sera toujours auprès des Comités Territoriaux et des Clubs pour défendre la pratique de l’escalade en sites naturels et leur libre accès. Nous souhaitons donc que la FFME reste un interlocuteur privilégié des institutions et un partenaire du collectif Grimpe Outdoor.

SA RESOLUTION

 

Afin de soutenir le développement de la pratique, au-delà du fait que la bourse SNE sera revalorisé dans un premier temps de +233% (150 000€) avec un objectif de 300 000€ à terme, les critères d’attributions de la bourse seront très largement assouplis :

  • Le site devra être autorisé, au moins tacitement du fait de sa fréquentation depuis de nombreuses années (plus d’obligation d’avoir une autorisation écrite du propriétaire).
  • Le rééquipement pourra aussi bien concerner les sites sportifs que les grandes voies équipées (pour l’instant uniquement réservée au site purement sportif).
  • Le développement de nouveaux secteurs, en priorité d’initiation, sera pris en compte.
  • Une aide pourra être aussi apportée pour la gestion du partage des responsabilités.
  • Les petits sites de proximité seront une priorité car ils permettent le développement des clubs en complément de leur SAE.

 

Concernant le fonds de dotation RockClimber, il semblerait que les résultats ne soient pas à la hauteur des ambitions fédérales. Si la fédération reste le principal donateur, il conviendra de s’interroger sur la poursuite de l’expérience, au moins sous la forme actuelle.

Le développement de la pratique et l’entretien de ce patrimoine d’escalade doit se faire en concertation et avec l’aide des autres acteurs collectivités, fédérations, professionnels, ouvreurs, salles privées, associations et collectifs, en effet :

  • Les collectivités doivent prendre leur part de responsabilité dans la gestion des sites.
  • Les fédérations doivent être solidaires et s’unir dans la sauvegarde de nos falaises.
  • Les professionnels doivent se former et s’organiser pour répondre au mieux aux appels d’offre concernant l’entretien des sites.
  • Les ouvreurs doivent être informés et sollicités pour le rééquipement des voies qu’ils ont ouvertes et ouvrir pour le long terme.
  • Les salles privées doivent devenir des partenaires et participer à l’entretien des falaises.
  • Les associations locales doivent être soutenues pour participer à l’entretien et à la visibilité des sites.
  • Le collectif Grimpe Outdoor se doit de rassembler la diversité des acteurs et d’être force de propositions.

 

Les Comités Territoriaux sont et doivent rester les pièces maîtresses de la fédération dans la gestion de notre patrimoine naturel d’escalade, et l’entretien de ce dernier doit être un juste équilibre entre le bénévolat et la professionnalisation.

 

ENGAGEMENT CAP24FFME

En conclusion, au-delà de la responsabilité civile, les fédérations ont une responsabilité morale vis-à-vis des licenciés et des grimpeurs. Afin que nos jeunes et moins jeunes puissent évoluer sur un terrain en connaissance de cause, nous avons donc une obligation de former et d’informer. Il convient donc de ne pas laisser grimper n’importe qui sur n’importe quoi.